Notre réseau

Les Amis d'Aladdin | Centre Liégeois du Beau-Mur | De Bouche à Oreille | El Maujone | GAFFI | Groupe Belge d'Éducation Nouvelle

Les Amis d'Aladdin

Pour un accueil global des familles

CETTE MAISON D’ENFANTS AGRÉÉE ACCUEILLE TRENTE PETITS DE 3 MOIS À 6 ANS D’ORIGINES DIFFÉRENTES, ET DÉVELOPPE UNE MULTITUDE DE PROJETS AVEC LEURS PARENTS, AUTOUR DE L’ÉDUCATION ET DE LA VIE DU QUARTIER.

Dès son ouverture en 1997, l’asbl a voulu offrir le meilleur service possible aux familles du quartier ayant très peu de contact avec les services du secteur de la petite enfance. Elle se veut un tremplin pour sortir de l’isolement dans lequel se trouvent les familles tant socialement que culturellement ou économiquement. Pour ce faire, une dynamique de rencontres et d’échanges est développée, dans un esprit d’égalité des chances entre hommes et femmes.

Les actions menées sont sous-tendues par une logique de développement communautaire transgénérationnelle et interculturelle. Ainsi, chacun peut y occuper une place, s’exprimer et participer à l’essor des potentialités de son environnement et de ses ressources personnelles.

Pour les Amis d’Aladdin, soutenir les familles précarisées – et plus particulièrement les femmes – c’est leur permettre de suivre des formations et d’amorcer, de leur propre initiative, des changements dans leur communauté et leur milieu de vie

SORTIES CULTURELLES

Ces sorties ou visites sont proposées aux adultes et aux familles pendant les congés scolaires. Le programme et les thèmes de ces visites sont définis lors de rencontres formelles (atelier de rédaction) ou informelles (accueil des enfants le matin).

Ces visites permettent de découvrir la diversité culturelle de Bruxelles ainsi que de s’approprier et de fréquenter de nouveaux lieux. Si elles offrent un moment de détente – de prise de conscience, d’étonnement – convivial en famille ou en groupe, elles soulèvent également des débats et des actions, initiatives collectives, émancipatrices, éducatives. Elles informent notre public et offrent des espaces de réflexion ouverts à la culture.

Notre rôle est d’accompagner notre public vers les institutions culturelles au sens large et de le guider vers d’autres dimensions que celles qui sont évidentes, consuméristes et accessibles.

Nous sommes convaincus que l’approche culturelle est un atout de l’éducation et amène vers des démarches intellectuelles et citoyennes comme l’esprit critique, la notion de choix…, et développe l’esprit d’initiative et l’autonomie des actions.

ATELIERS CRÉATIFS

Les ateliers créatifs sont proposés pour répondre à des actions liées au quartier (dépôts clandestins de déchets, embellissement du quartier…) et pour valoriser et échanger les savoir-faire, savoir-vivre et savoir-être dans des activités mélangeant cultures, genres et âges. Les ateliers créatifs se finalisent par une œuvre collective. Les objectifs sont de permettre l’expression des compétences des parents et des habitants et de valoriser leur statut de citoyen en partant de leurs richesses culturelles.

Nous instaurons un cadre qui met en évidence des attitudes d’entraide et crée des liens de solidarité, d’ouverture, de convivialité permettant de découvrir la vie sous un autre angle appelant à la créativité et au ludique.

Nous donnons la place à l’imagination et aux initiatives que les parents souhaiteraient communiquer entre eux afin de développer leurs ressources et de renforcer leur réseau social.

Nous tentons aussi d’alléger le quotidien du public en leur accordant un espace, un moment de bien-être.

Centre Liégeois du Beau-Mur

Un lieu militant et associatif

DANS UNE DYNAMIQUE DE RÉSEAU, LE CENTRE LIÉGEOIS DU BEAU-MUR SOUTIENT, COORDONNE ET DÉVELOPPE DES SYNERGIES ENTRE LES PROJETS DE DIVERSES ORGANISATIONS DE LA SOCIÉTÉ CIVILE, PRINCIPALEMENT ASSOCIATIVES. C’EST UN LIEU PLURALISTE D’ACCUEIL, D’ÉCHANGE ET DE SOLIDARITÉS.

DEPUIS 1987…

Créée il y a 30 ans, l’asbl Le Centre Liégeois du Beau-Mur propose des espaces d’échange et d’accueil destinés aux associations et aux citoyens porteurs de projets démocratiques et alternatifs.

Dans ses actions quotidiennes, le Beau-Mur est soucieux de prendre part à l’évolution de la société ; il participe ainsi activement à la transition citoyenne et s’inscrit aujourd’hui dans un mouvement d’innovation sociale, notamment à travers son rôle d’initiateur du projet Permis de Végétaliser (Incroyables Comestibles) à Liège. Celui-ci a pour but de valoriser les espaces cultivables pour le bien commun mais aussi d’unir citoyens et représentants de la Ville afin de faire preuve d’intelligence collective. Par son soutien à ce projet d’envergure international d’agriculture urbaine, le Beau-Mur participe à la construction d’une société nourrie par des valeurs de solidarité, de coopération, de respect des humains et des écosystèmes.

Depuis 10 ans, le Centre Liégeois du Beau-Mur est associé au réseau « Culture & Développement » au sein duquel il mène des projets d’éducation permanente dans un objectif d’émancipation citoyenne.

Le Beau-Mur s’est imposé depuis sa création en 1987 comme un acteur incontournable de la vie associative liégeoise. Lieu accessible et dynamique, à la croisée de différents réseaux militants, il permet la rencontre entre différents acteurs de la société civile et facilite ainsi l’émergence de nouveaux projets et collectifs.

LE BEAU-MUR AUJOURD’HUI

L’asbl « Le Centre Liégeois du Beau-Mur » propose des espaces d’échange et d’accueil destinés aux associations et aux citoyens porteurs de projets démocratiques et alternatifs. Le Beau-Mur est un lieu accessible et dynamique, à la croisée de différents réseaux militants, permettant la rencontre de différents acteurs de la société civile et l’émergence de nouveaux projets.

Le Beau-Mur est une maison d’associations qui regroupe actuellement :

Pour plus d’informations : www.beaumur.org

De Bouche à Oreille

Acteurs de changement !
DE BOUCHE À OREILLE EST UN RÉSEAU RÉGIONAL REGROUPANT 12 ASSOCIATIONS ACTIVES DANS DES DOMAINES COMME L’ÉDUCATION À LA PAIX, LA CONSOMMATION RESPONSABLE, LE RÉCUPÉRATION ET LE RECYCLAGE, L’INTÉGRATION DES PERSONNES HANDICAPÉES, LA PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT, L’ENSEIGNEMENT ACTIF ET PARTICIPATIF, L’ACCUEIL DES RÉFUGIÉS, L’AIDE SOCIALE…
CES GROUPES AGISSENT POUR UN DÉVELOPPEMENT DE LEUR RÉGION, ÉGALITAIRE, HUMAIN, RESPECTUEUX DE L’ENVIRONNEMENT.

 

AGIR LOCALEMENT, PENSER GLOBALEMENT

De Bouche à Oreille… un réseau composé de 12 groupes actifs dans des domaines très diversifiés et qui poursuivent des objectifs semblables : participer à la vie socioculturelle, sociale et économique de la région, poser un regard critique sur le monde, être attentifs aux aspects oubliés, négligés de notre société, réaliser des alternatives concrètes…

Ils agissent dans une démarche globale de modification des mentalités et des structures pour une répartition plus juste des ressources, le respect de la planète et la création d’une culture de paix et de tolérance.

EDUCATION ACTIVE ET CULTURE DE PAIX

Une éducation qui assure à l’enfant et à l’adulte son plein épanouissement par une pédagogie centrée sur la motivation, la connaissance du milieu, la créativité et la coopération.

École Ouverte et Materchouette
Des enseignants du primaire et du maternel échangent leurs expériences, construisent des outils et proposent des animations pour une pédagogie active.

Éducation à la Paix et B.A.O.-J asbl proposent des animations et des formations à la coopération par le jeu, à la citoyenneté, à la non-violence… Ils offrent aussi la possibilité de découvrir, de louer et d’acheter des jeux de société coopératifs, qui favorisent la communication, l’entraide, le respect et la tolérance.

La Maison de l’Imaginaire
Nouvel espace de cultureS, la Maison de l’Imaginaire s’inscrit dans la mission d’un projet d’éducation permanente au sein du réseau « De Bouche à Oreille ». Elle souligne la reconnaissance de l’importance de la culture comme agent de développement, comme outil de transformation et de citoyenneté. Considérer la culture non comme objet de consommation mais également comme un formidable outil pour s’ouvrir sur le monde extérieur. Une culture qui élève et libère. 

UNE VIE PLUS COMMUNAUTAIRE

Pour briser le chacun pour soi et renouer avec des expériences plus solidaires.

Les Biolles, loisirs et culture
Une équipe qui veut promouvoir le bien-être, le développement, l’intégration sociale et l’autonomie de la personne handicapée principalement par les loisirs, dans le respect de ses droits, en fonction de ses potentialités.

La Maison Communautaire de la Verte Voie
Un habitat communautaire, où les occupants vivent à l’image de la société qu’ils veulent promouvoir, en partageant le quotidien.

La Communauté de Base
Des personnes se rencontrent, partagent leur vécu, se soutiennent, s’interrogent sur les réalités sociales pour y prendre part activement.

Le Toit
À Herve, une équipe se mobilise pour accueillir toute personne en difficulté, principalement des personnes réfugiées, afin de lui procurer un logement à bas prix, de l’aider dans ses démarches administratives, à trouver un emploi…

UN ENVIRONNEMENT DE QUALITÉ

Favoriser les équilibres naturels et le mieux-être des êtres humains et de la planète

 

Li Cramignon
Par le biais de conférences et ateliers, Li Cramignon veut sensibiliser la population à une consommation saine et responsable. C’est aussi un lieu de réflexion et d’information sur les thèmes de l’alimentation, de la santé et des rapports Nord-Sud. Le projet « Circuit-Court Producteurs Consommateurs » de Li Cramignon s’est développé et a abouti à l’ouverture d’un magasin « Nos Racines », à Herve. Espace de vente commun en collaboration avec les Magasins du Monde Oxfam, celui-ci permet la vente de produits bio, naturels et du terroir, en soutien à l’agriculture locale et paysanne. Au-delà d’un lieu de vente traditionnel, le magasin est aussi un espace de sensibilisation et d’animations autour des alternatives à notre système alimentaire et au commerce conventionnel.

Page Facebook Oxfam-Nos Racines – www.nosracines.be

Les 3R – Economie sociale, insertion, récupération
Les 3R est une initiative d’économie sociale, au sein de laquelle l’économie est au service de l’homme et de l’environnement. Ce secteur récupère environ 400 tonnes d’articles de seconde main par an, dont plus de 70% sont revalorisés dans les deux points de vente et 25% sont acheminés vers différentes filières de recyclage. Les articles récupérés sont des plus divers : mobilier, électroménagers, vêtements et autres textiles, articles ménagers, matériel de bricolage et objets de déco. Au départ gérée exclusivement par des bénévoles, l’action des  » 3R  » est aujourd’hui réalisée grâce aux efforts d’une équipe mixte composée de bénévoles, de salariés et de stagiaires en insertion, dans un contexte multiculturel où chacun est stimulé à développer ses talents, l’estime de soi et des compétences nécessaires pour trouver sa place dans l’initiative et, par après, sur le marché du travail.

Plus d’infos via leur site : www.3r-caractr.be

El Maujone

Bien plus qu'un lieu de rencontres et d'échanges

L’ASBL EL MAUJONE SITUÉE AU CENTRE DE CHÂTELET REGROUPE UN CENTRE COMMUNAUTAIRE, UNE MAISON DE QUARTIER ET UNE ÉCOLE DE DEVOIRS. 

Elle se veut pour les habitants de Châtelet un lieu d’accueil, de rencontre, de coordination, de création d’espaces de parole, d’ateliers communautaires et créatifs, à destination de tout public, avec une attention particulière aux personnes les plus défavorisées.

Le projet adulte vise l’intégration, l’autonomie sociale et citoyenne, des personnes fragilisées à cause de leur appartenance sociale, culturelle et/ou économique. La maison de quartier se veut un lieu où ces personnes et d’autres peuvent se rencontrer et échanger.

L’une de ses vocations est aussi de briser la solitude dans laquelle certaines personnes s’enlisent et qui, à cause du repli sur soi les empêchent d’avoir une vision globale de leur environnement social et culturel.

L’un des objectifs principaux est aussi de permettre aux personnes de mettre sur pied des projets émancipateurs.

GAFFI

Groupe d'Animation et de Formation pour Femmes Immigrées

LE GROUPE D’ANIMATION ET DE FORMATION POUR FEMMES IMMIGRÉES OFFRE AUX FEMMES DE TOUTES ORIGINES DES COURS D’ALPHABÉTISATION OU DE PRÉ-QUALIFICATION PROFESSIONNELLE, DES ACTIVITÉS D’ÉDUCATION PERMANENTE, AINSI QUE DES ANIMATIONS ÉDUCATIVES POUR LES ENFANTS. TOUT Y EST PRÉTEXTE À APPRENTISSAGE ET ÉCHANGES, DANS UN ESPRIT DE TOLÉRANCE EXCEPTIONNEL. 

DE 1978 À AUJOURD’HUI

Dans le contexte des vagues de l’immigration turque et marocaine, le GAFFI, implanté depuis ses débuts en dans le quartier Nord de Bruxelles, a développé un accueil, une information et des formations répondant aux attentes des femmes et des enfants. En effet, le groupe va s’intéresser en priorité à celles-ci : immigrées de la première génération, puis de la deuxième, des suivantes, et celles qui suivront, issues de tous les flux migratoires qui conduisent si souvent les immigrés dans les pourtours des grands axes ferroviaires bruxellois. Ces femmes ont en commun une histoire d’exil, des parcours scolaires quasi inexistants ou chaotiques, mais aussi et surtout, elles rencontrent une série de discriminations du fait de leur situation de femme immigrée, analphabète, épouse de ou mère de…, ménagère ou travailleuse précaire.

A partir de 1984, le GAFFI occupe, en plus de ses locaux Rue Verte, un rez-de-chaussée à la Rue de Brabant, artère commerçante bien connue. C’est dans ce rez-de-chaussée que sera installé le magasin de vente de vêtements de seconde main ainsi qu’un atelier de confection, ces deux activités s’inscrivant dans un projet de coopérative. Dans ce même quartier, le GAFFI a la chance de trouver en 1986 une maison à la Rue de la Fraternité, suffisamment grande pour y rassembler et y développer toutes les activités. Après de longs travaux de rénovations, l’équipe au grand complet occupe enfin depuis avril 2007 ces locaux remis à neuf. 

DE L’OPPRESSION À L’EXPRESSION

Toutes les activités que nous développons ont en commun de reposer sur des principes et une pédagogie fondatrice : celle de Paolo Freire.

Nos actions sont envisagées et menées comme des moyens d’émancipation sociale, économique et culturelle.
Lire, écrire, et compter ne sont plus seulement des apprentissages, mais des moyens de se libérer de longs processus d’exclusion, par le pouvoir qu’ils procurent aux personnes devenant actrices de leur vie, de leur devenir, de leur environnement…
La dimension collective que nous favorisons toujours dans nos activités est également source de richesses pour tous.
Solidement ancré dans les réalités de notre société, le GAFFI ressent avec acuité les déséquilibres sociaux, économiques et culturels d’aujourd’hui : les personnes côtoyées chaque jour en sont les meilleurs témoins !

 « Il faut toute une vie pour comprendre la culture de l’autre. Et encore ! On ne comprend jamais tout à fait. De toute manière, l’urgence est d’aller très lentement » Christiane Singer

Pour plus d’informations : www.gaffi.be

LE GAFFI EN ACTION

Aujourd’hui, trois secteurs d’activité sont organisés au Gaffi: 

Le secteur d’Éducation Permanente propose aux femmes différents ateliers d’alphabétisation en vue de leur autonomisation ; à côté de ceux-ci prennent place une série d’activités telles qu’un atelier de couture (retouches et ameublement), divers ateliers d’expression artistiques, des groupes à projets portés par les femmes elles-mêmes et des groupes de parole répondant aux préoccupations des femmes. Pour les femmes du Gaffi, l’intégration ne signifie pas renier leurs origines mais construire ensemble les fondements d’une autre citoyenneté, internationale, et d’une société métissée, culturelle et éthique, distincte d’une société forteresse.

Le secteur de l’Insertion Socioprofessionnelle propose plusieurs formations de base et de français dans une optique de passerelle vers des formations qualifiantes ou conduisant à l’emploi. Ces formations sont reconnues par le Fond Social Européen, l’Orbem et Bruxelles Formation. Néanmoins, elles intègrent dans leur méthodologie tout un éventail d’activités de création, d’échange, d’épanouissement personnel et d’ouverture au monde. Ce sont par exemple les ateliers d’écriture, l’expression orale et théâtrale, les conseils de participation, les informations sur le fonctionnement de la société ou sur des thèmes qui préoccupent un groupe, des sorties culturelles…

Enfin, le secteur de l’Accueil Extra-Scolaire, rapidement mis en place au Gaffi puisqu’effectuer un accueil de femmes implique quasi ipso facto de s’adresser aussi à leurs enfants, combine une école de devoirs et des ateliers créatifs et d’expression. Avec les enfants de 6 à 12 ans, le Gaffi met l’accent sur les travaux scolaires, mais aussi et surtout sur la découverte de soi et des autres via les jeux, les livres, la créativité et l’expression dans toute ses dimensions. Cet accompagnement se fait en lien étroit avec les écoles d’une part, les autres associations, et d’autre part avec les parents qui ont une place primordiale dans le chemin que nous parcourons avec les enfants.

GBEN

Groupe belge d'éducation nouvelle

LE GROUPE BELGE D’EDUCATION NOUVELLE VISE UNE TRANSFORMATION DE LA SOCIÉTÉ À TRAVERS DIVERSES INSTITUTIONS DONT L’ÉCOLE. NOTRE VISION : AGIR SUR LE SYSTÈME ÉDUCATIF AFIN DE PRÉPARER UNE SOCIÉTÉ PLUS JUSTE, PLUS HUMAINE, PLUS CRÉATIVE, MOINS MERCANTILE ET CONCURRENTE, PLUS SOLIDAIRE ET NON-VIOLENTE. LE GBEN EST NÉ EN 1983 DE LA RENCONTRE ENTRE UN CERCLE D’AMIS, TOUS ENSEIGNANTS EN RECHERCHE, ET LE GROUPE FRANÇAIS D’ÉDUCATION NOUVELLE (GFEN). 

CHANGER L’ÉCOLE

Nous agissons sur le système éducatif pour
– valoriser la construction des connaissances toujours à remettre en question, dans une visée d’émancipation, tant des apprenants que des enseignants
– favoriser la recherche en groupe renforcée par une recherche individuelle préalable (auto-socio-construction des savoirs) et cela, dès l’école maternelle.

En 1983, Albert Jacquard (polytechnicien, généticien, écrivain, philosophe) est venu participer à la fondation du G.B.E.N. Depuis lors, des centaines de personnes issues de l’école, des services psycho-médico-sociaux, des associations de parents, et plus récemment des Écoles de Devoirs et Lire et Écrire, ont cherché et découvert avec nous des situations concrètes d’Éducation Nouvelle à faire vivre dans l’école (formation du personnel de tous niveaux et réseaux) et dans la formation.

NOS ACTIONS

Concrètement, le GBEN a

  • conduit des dizaines de stages d’Éducation Nouvelle pour enseignants en Belgique et à l’étranger (Luxembourg, France, El Salvador, Nicaragua, Panama, Mexique, Bolivie, Bulgarie, Russie, Rwanda)
  • participé à l’Intermouvement Pédagogique (composé de l’éducation POPULAIRE (Freinet), des CEMEA (Centres d’Éducation aux Méthodes Actives), de la C.G.E. (Confédération Générale des Enseignants) et du GRAPPA (Groupe de Recherche Action Pour une Pédagogie Active)
  • publié un premier recueil de « Pratiques d’Éducation Nouvelle » en 1995, un second en 2002 et un troisième en 2005
  • ouvert en 1992 d’une école officielle (implantation communale) d’Éducation Nouvelle de niveau fondamental
  • mis en route des classes en Éducation Nouvelle dans des écoles maternelles, primaires, secondaires ainsi que des partenariats efficaces avec des Écoles Normales
  • été actifs dans des groupements politiques et entrepris des actions ponctuelles auprès des Ministres de l’Éducation
  • édité deux livres :
    « Exposés interactifs. Pourquoi ? Comment ? », Léonard Guillaume, Éditions Labor 2001
    « La rage de faire apprendre. De la remédiation à la différenciation », Léonard Guillaume et Jean-François Manil, GBEN, Jourdan Editeur Paris 2006.

Lors de nos rencontres (les mercredis d’Éducation Nouvelle, chaque mois), nous avons inventé et expérimenté de nombreuses démarches de construction de savoirs pour la réussite de tous.

Pour l’an prochain (2007-2008), ces rencontres seront espacées pour laisser plus de place à des journées de sensibilisation et des interventions à la demande des groupes et des équipes scolaires ou de formation.

Pour plus d’informations : www.gben.be