Formation, animation et création culturelle

La culture en tant que vecteur de changement

style='float:left;'>
Nous entendons ici la culture au sens restreint (productions artistiques, théâtre, cinéma, musique, littérature, danse, sculpture…) mais également au sens large (expression, recherche de sens, analyse et réflexion sur les faits de société et les événements de l’actualité…).
Nous dégageons plusieurs problématiques qui entravent l’accès de tous à la culture, qui rendent son approche et son partage difficiles, ou encore qui nous indiquent de nouveaux enjeux pour une société multi-culturelle :

Difficulté d’accès à la culture pour une partie importante du public en grande difficulté sociale

Le cuturel est un « luxe », il faut d’abord survivre.

Tendance consumériste, passivité

On va voir les productions d’autres, mais on ne produit rien soi-même, on reste spectateur passif. Certains voudraient nous faire croire qu’il y a d’un côté les artistes et de l’autre les gens qui ne savent rien exprimer ni susciter comme émotion. La créativité des individus est bridée par l’école, la société, l’éducation, le discours de productivité marchande,…

Cette passivité est également visible dans la tendance de plus en plus casanière des gens. Ils n’ont plus le réflexe de sortir de chez eux pour aller à la rencontre de la vie culturelle. Ils restent cloisonnés à domicile, bien souvent devant leur télévision.

Marchandisation de la culture et pression du marché privé

Soit l’accès aux œuvres est trop cher et donc élitiste, soit les œuvres présentées à bon marché sont d’une qualité médiocre (voir les télé films, les variétés, le cinéma commercial,…). Même s’ ils le voulaient, les pouvoirs publics ne pourraient que difficilement faciliter l’accès de tous à la culture car le budget consacré est ridicule par rapport à d’autres postes, dans les politiques. La télévision est un énorme moyen de pression. Même dans les écoles, la culture rentre par le biais de la publicité (les outils pédagogiques sont offerts par des firmes ).

La cohabitation de plusieurs traditions culturelles très différentes

style='float:left;'>
La Belgique accueille des cultures très différentes, qui ont parfois du mal à cohabiter alors qu’elles pourraient s’enrichir mutuellement, à condition que le respect de l’autre prime. Mais la remise en question de soi-même est difficile pour tous.

Nos objectifs

Donner à tous accès à la culture, dans toutes les acceptions de ce terme

Aller voir une création culturelle, en mettre une sur pied soi-même, prendre la parole dans l’espace citoyen, se poser comme sujet acteur, oser et avoir les moyens de poser un regard critique,…

Comment ?

Aborder le public d’emblée sur le thème de la culture n’est pas une stratégie payante, du moins pour les publics en difficulté socio-économique. Il faut des prétextes accrocheurs qui soient plus concrets, plus utiles, pour le public. Il faut aller à la rencontre des gens là où ils sont.

Proposer des sorties culturelles en groupe, par exemple avec le ticket « article 27. Le fait d’être en groupe permet de ne pas stigmatiser la personne, elle se sent moins « mendiante » que si elle doit réclamer elle-même son ticket. Être en groupe permet aussi de prendre un guide, qui peut ouvrir un peu l’esprit des participants et les aider à comprendre les différentes démarches culturelles et artistiques (visite de villes, de musées, sorties au théâtre, au cinéma, à l’opéra, au concert, à la bibliothèque, à la médiathèque, rencontres de vive voix avec des artistes,…)

Favoriser les échanges interculturels par des conférences, des festivités organisées ensemble, des moments de débats et de partage, des repas interculturels…

Lutter contre la tendance consumériste en rendant les gens acteurs

style='float:left;'>
Proposer des ateliers de création et d’expression artistique. En respectant les souhaits et le parcours de chacun, on peut viser simplement la reprise de confiance en sa créativité ; offrir une formation plus approfondie pour améliorer des techniques ; ou aller plus loin et monter des projets artistiques qui soient porteurs de revendications politiques au sens large (ateliers poterie, peinture, cuisine, écriture ; fresques dans le quartier ; création d’une pièce de théâtre ; création de jeux ; adaptation de jeux pour les aveugles ; création d’expositions pour et avec les enfants ; création de contes ; …)

Susciter l’esprit critique, par des ateliers de lecture de la presse, de décodage de l’information, de commentaires sur des spectacles vus ensemble ; par des modules de formation sur base des souhaits des personnes.

Susciter la prise de pouvoir sur sa propre vie, par des projets ponctuels et concrets qui rendent confiance en sa capacité de changer les choses et apprennent à structurer l’action en différentes phases : élaboration, préparation, réalisation, évaluation, etc…

Favoriser des échanges interculturels respectueux et enrichissants

Par les jeux coopératifs, qui apprennent très tôt aux enfants des comportements de collaboration.
Lors d’échanges entre classes ou entre groupes.
Par des formations à l’écoute.
Par des activités de rencontre.