Agenda

"Le Bonheur brut"

15 minutes pour mieux comprendre et se réapproprier les enjeux macro-économiques...

Le webdocumentaire interactif "Le Bonheur brut" a été réalisé par Arnaud Grégoire, web journaliste spécialisé dans les nouveaux modes de communication.

La croissance - c’est-à-dire l’augmentation du Produit intérieur brut - ne fait plus le bonheur ! C’est en tout cas ce qu’il ressort de nombreuses études et observations aussi bien d’économistes que de politiciens et de simples citoyens. En effet, le PIB ne tient pas compte des dégradations faites à l’environnement ni des activités bénévoles ou des inégalités sociales, aussi grandes soient elles. Et pourtant, il reste l’indice-roi sur lequel les gouvernements de tous les pays fixent leurs budgets et arbitrent entre les différents postes de dépenses de l’état.

Pour remédier aux carences du PIB, de nombreux autres indices ont été créé. Il y a même un pays, le Bhoutan, qui a mis sur pied le Bonheur National Brut et a décidé de l’intégrer dans ses institutions.

Et en Belgique, où en sommes-nous ? Des indicateurs de bien-être sont à l’étude. Ce sont les citoyens qui contribuent à les définir. Des citoyens qui agissent aussi au quotidien pour plus de bien-être et moins de course à la croissance.

Le web documentaire "Le bonheur brut", diffusé sur Le Soir en ligne (www.lesoir.be), va à la rencontre à la fois des indicateurs alternatifs et des démarches citoyennes pour mettre en évidence l’utilité et les limites du PIB. Il jette ainsi un coup de projecteur sur la tendance de fond qui se met en place pour des outils de mesure du progrès de notre société et de notre richesse qui tiennent compte d’autres éléments que la stricte création de valeur ajoutée financière.

Ce web documentaire, interactif donc, est constitué d’un dessin animé ludique de quinze minutes qui offre une explication claire et succincte des enjeux macro-économiques. Seize mini-reportages permettent d’aller sur le terrain, au Bhoutan et en Belgique, pour voir comment les enjeux économiques se traduisent concrètement.

De la Commission du Bonheur au Bhoutan à la Banque égalitaire en Belgique, l’occasion unique de faire le tour de ces questions macro-économiques et de se réapproprier le champ de l’économie, trop souvent rébarbatif et pourtant si important dans notre société."