Nous ne nous laisserons pas instrumentaliser !

Suite à l’arrestation de personnes sans-papiers à l’asbl Globe Aroma le 09/02 de cette année, Culture et Développement avait co-signé l’Appel lancé par le CIRE et 264 associations le 14/02 et publié dans le journal Le Soir.

Dans la foulée de cette indignation, nous sommes également plusieurs – dont le GAFFI, les Amis d’Aladdin et Culture & Développement/Beau-Mur – à nous être mobilisés et avoir apposé une bâche sur nos façades dans le cadre de la Campagne « Espace solidaire ».

 

Plus de 100 bannières accrochées sur les façades d’associations et d’organisations syndicales, un peu partout à Bruxelles et en Wallonie !

« Ici nous n’admettons pas les rafles. Stop à la répression des sans-papiers ». Depuis plusieurs mois, une centaine de bannières reprenant ce message flottent sur les façades d’associations et de syndicats, à Bruxelles et en Wallonie. Découvrez-les en photos et affichez vous aussi votre soutien sur les réseaux sociaux.

A l’initiative du front commun syndical CSC-FGTB / ACV-ABVV, du MOC, du CEPAG, du CIRÉ, de Globe Aroma, de la Coordination des sans-papiers et de la Plateforme de concertation autour du combat des sans-papiers, de nombreuses organisations ont accroché à leurs bâtiments de grandes bannières noires « Espace solidaire ».

L’idée de ces bannières est née suite à l’arrestation de sept personnes sans-papiers, le 9 février 2018, dans les locaux de Globe Aroma, une association du secteur culturel. Cinq de ces personnes ont été relâchées ; les deux autres (Mounir, militant syndical, et Jiyed, artiste peintre) ont été emmenées au centre fermé 127bis et maintenues en détention pendant près de quatre mois.

Mais les rafles et la répression continuent. Les drames se multiplient. Et le projet de loi permettant à la police d’effectuer des « visites domiciliaires », c’est-à-dire d’entrer de force dans des lieux privés où se trouveraient des sans-papiers, qu’il s’agisse de leur domicile ou de celui de tiers qui les hébergeraient, reste d’actualité.

Espaces de résistance

En affichant ces bannières, nos organisations proclament que :

  • L’espace qui est le nôtre est un espace solidaire. Faire société, c’est assurer que chacun puisse trouver, dans chaque organisation, protection, soutien, dignité, sens, aide, écoute… Sans la confiance du public, impossible d’exercer nos missions.
  • Nous n’acceptons pas que des contrôles d’identité arbitraires de nos publics bénéficiaires se déroulent dans nos locaux. Nous ne nous laisserons pas instrumentaliser à des fins de répression !
  • L’immeuble qui abrite chacune de nos organisations est un lieu de résistance face à la répression qui s’abat chaque jour un peu plus sur les sans-papiers, et qui vient s’ajouter aux difficultés liées à la clandestinité et à la surexploitation.

 

Ensemble, on est plus forts !